Écolo-péché ou écolo-plancher?

Dans le cahier « Mon Toit » de La Presse du samedi 12 février dernier, on y apprend que les québécois veulent rénover vert. Cependant, il semble difficile de démêler les vrais produits écologiques des faux. Par exemple, selon Emmanuel Cosgrove, directeur d’Écohabitation, « changer un plancher de bois franc pour une essence canadienne transformée en Chine, est un gros péché-écolo. Acheter un chêne « made in China » pour économiser 20 cents le pied carré est un non-sens ». Il faut demandé au commerçant si le bois es bûché, scié et transformé au Québec. Toujours selon Emmanuel Cosgrove : « poser du bois tropical est une aberration au Québec. Prenons l’acajou ou l’ipé; on peut faire aussi beau et bon avec nos essence locales, qui ont toutes les variétés de teintes et de finispour donner un look équivalent. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *